Rendez-vous au 01.86.90.27.27

L’endodontie

La pulpe dentaire est un tissu conjonctif situé à l’intérieur de la dent, derrière l’émail et la dentine. Grâce à elle, la dent est en vie et suis sa croissance durant l’enfance. Sous la couronne, elle porte le nom de pulpe coronaire. Dans la racine, elle est désignée sous le nom de pulpe radiculaire.

La pulpe dentaire englobe des nerfs et de nombreux vaisseaux sanguins. En cas d’affection, elle peut parfois être soignée, ou dans d’autres cas, il faudra la retirer.

Les soins de la pulpe dentaire sont des soins d’endodontie (de endo – à l’intérieur – et odont – dent – en grec).

Soigner la pulpe

Quand la pulpe dentaire est infectée, il est nécessaire de la soigner – pour soulager le patient, bien sûr ! -, mais aussi pour sauver la dent et pour que l’affection arrête sa progression.

Car le trajet de la carie ne s’arrête pas à la pulpe dentaire ! La carie peut provoquer un abcès en affectant le nerf dentaire et peut même atteindre le demodonte (ou ligament alvéo-dentaire, ce tissu qui entoure la racine dentaire et qui la sépare de l’os). La carie peut alors être la cause d’une desmodontite, voire provoquer un abcès apical. Elle peut ensuite atteindre l’os.

Pour soigner la dent alors que la pulpe radiculaire est touchée, le dentiste doit réaliser un traitement de canal.

En route chez l’endodontiste !

Si le dentiste est capable de poser un diagnostic endodontique et de réaliser les soins de base en la matière, sa compétence est plus limitée en cas de situation particulière : anatomie particulière de la dent malade, canal très minéralisé, calcification de la pulpe, infection récidivante, perforation…

Dans ces cas-là, mieux vaut qu’il oriente son patient vers un autre dentiste qui aurait suivi une formation supplémentaire en endodontie. Même si cette formation ne lui procure pas de spécialité officiellement reconnue, il maîtrise davantage les soins à effectuer en cas de lésions endodontiques.

Dans les faits, il est relativement courant de voir le dentiste réaliser un traitement de canal. Certes, il y est formé, mais selon le cas qui se présente et la technicité du geste requis, cette intervention n’est pas toujours une réussite. Il arrive alors que le traitement soit mal effectué, ou de manière incomplète. Ceci peut générer des complications, comme une parodontite apicale chronique.

De par sa formation complémentaire, l’endodontiste est en mesure de reprendre le travail effectué : on parle alors de reprise du traitement canalaire.

Reprise du traitement de canal

C’est sous anesthésie que se pratique la reprise du traitement de canal. L’endodontiste se munit de son crampon pour installer une digue autour de la dent malade. Il s’agit d’une feuille en latex, qui a pour vocation de l’isoler du reste de la bouche et des bactéries qui peuvent s’y trouver. La digue est étanche, ce qui permet de maintenir la salive à distance.

L’endodontiste retire ensuite l’obturation placée par le dentiste pour boucher l’accès au canal. Après observation, il nettoie le canal radiculaire et l’élargit. Il retire tout ce qui se trouve dedans : bactéries, pâte insérée par le dentiste, etc, avant de remettre une pâte antiseptique qui comble bien tout le canal.

Une fois son travail terminé, l’endodontiste pose un pansement qui sera retiré par le dentiste lors de la prochaine séance. Ce dernier posera alors une prothèse pour reconstituer la dent.